Vous êtes ici

WazaVote RDC
Des femmes attendant l'ouverture d'un bureau de vote  
Des femmes attendant l'ouverture d'un bureau de vote

La RDC a besoin des femmes au pouvoir

Facebook logoTransférer logoTwitter logo

- Par: 
Chantal Faida

Les élections devraient avoir lieu prochainement en RDC. Les prétendants sont nombreux. Mais pourquoi ne pas voter pour une femme ?

Nous sommes dans une année cruciale, charnière, l’année de tous les enjeux pour un avenir meilleur. Pour certains, le vote est un geste puissant car il est secret, personnel et consciencieux. C’est aussi l’unique moment où le citoyen à le pouvoir de décider de ce qu’il aimerait voir se réaliser dans son pays.

Pour d’autres, le vote est futile. Futile, car l’embarras du choix entraîne la confusion. Le vote se résume à choisir parmi une multitude de candidats dont rien ne garanti l’efficacité. Selon la CENI, 4 077 candidats, pour 711 sièges, sont enregistrés pour les élections provinciales d’octobre 2015. Parmi eux, 11% sont des femmes.

Alors pour une fois, pourquoi ne pas voter massivement pour les femmes?

Le Congo a besoin de leaders qui incarnent l’humanité, l’empathie et la compassion. Il n y a que la femme qui sait combien donner la vie est puissant. Nous voulons des dirigeants qui nous donnent du pain quand il le faut. Qui mieux qu’une mère incarne le sens du sacrifice pour le bonheur des autres ?

Les problèmes auxquels nous faisons face sont multiples. La tendance chez certains dirigeants est de s’obstiner à croire qu’ils contrôlent la situation alors qu’il suffit d’avouer une faiblesse pour que rapidement une solution soit trouvée. La femme, elle, pleure quand il le faut et sait reconnaître une faiblesse face à une cause complexe. La solidarité, l’unité et le soutien existent pour répondre à ça.

Aujourd’hui, le Congo a soif d’humains qui conduisent la destinée de leurs semblables et non de robots puissants et impeccables, conçus de manière à réagir à tous les chocs, sans prendre de recul pour changer de direction. Le peuple congolais a besoin de se sentir concerné quand il le faut dans la gestion de sa nation. Des consultations populaires et régulières.

La survie est devenue un credo sur toute la planète. La RDC ne fait pas exception. Les menaces naturelles, humaines et économiques sont nombreuses. Eruption volcanique ici, tsunami là-bas, terrorisme à côté, corruption là-bas, faillite ici. Autant une mère en exil protège sa progéniture contre tout danger extérieur, autant une femme leader le fera au péril de sa vie pour son peuple.

Mesurant la souffrance qu’endure la femme à donner la vie, aucune femme dotée de pouvoir ne tolérera de voir des enfants passer une nuit à la belle étoile. Aucune mère ayant une position décisionnelle ne laissera un enfant doué et doté d’une intelligence remarquable errer dans les rues plutôt que de l’envoyer à l’école. Aucune femme ayant la fibre de l’agriculture ne supportera de voir la récolte de son voisin pourrir dans son dépôt, malgré son dur labeur, par manque de routes vers les grands centres.

Et quand on lui demande pourquoi elle utilise son cœur pour agir partout, elle répondra, « parce que je suis sûre que cette personne dans les mêmes conditions ferait exactement ce que je fais pour lui ». La femme c’est un cœur dont le Congo a besoin avec une grande soif.

Donnons-lui toute notre confiance et tout changera pour le mieux.

Pour finir, je me réfère à ce qu’un prêtre m’a dit ce matin. Quand en vain, on cherche à percer le mystère de la puissance du Christ, on recommande de se remémorer la foi que lui a transmis sa mère lors de sa naissance.