Vous êtes ici

Sexe
Le harcèlement sexuel freine la réussite professionnelle de Sarah  
Le harcèlement sexuel freine la réussite professionnelle de Sarah

« Il disait que j’avais un beau corps »

- Par: 
Fresnel Bongol Tsimba

Dans le jardin d’un établissement scolaire de Brazzaville, Sarah*, une jeune fille de 22 ans, boude, seule. Elle se confie : "Je suis sortie de la classe, je ne veux pas faire le cours de ce monsieur, il me fait la cour."

Selon Micheline Ngoulou, présidente de l’Association congolaise de lutte contre les violences faites aux femmes (ACOLVF), "beaucoup de congolaises vivent des violences conjugales dans le silence. Et des filles subissent des harcèlements sexuels dans des écoles et universités (…), mais elles n’osent pas dénoncer de peur d’être stigmatisées et d’être mal vues par la société."

"Il me proposait de l’argent"
Ce qui est le cas de Sarah. Avec des hésitations, elle témoigne : "Il me regardait avec insistance, et disait que j’avais un beau corps avec de belles formes physiques. Il m’envoyait beaucoup au tableau pour aller écrire. Puis un jour, il a commencé à m’inviter à manger avec lui, me proposait de l’argent, et je refusais toujours. Maintenant, lors des devoirs, il me donne de mauvaises notes et il me dit que c’est parce que je suis têtue…"

Ce harcèlement est un véritable frein pour la réussite de la jeune fille. Et la peur du jugement des autres l’empêche de dénoncer le professeur.  "Quand je refuse, il dit que je suis bordelle [une fille facile, NDLR]. (…) J’ai honte, j’ai peur. Je ne suis pas frivole. Les autres me croiront-ils ?"

Punition du professeur
"Le harcèlement sexuel est interdit dans notre règlement intérieur et même les notes sexuellement transmissibles", explique M. David, responsable dans un institut d’enseignement supérieur à Brazzaville. Il ajoute : "une fois informé, le professeur est traduit en conseil de discipline, voire répudié de l’établissement."

Dans le cas de Sarah, les responsables de l’établissement ont retiré au professeur le droit de donner des cours pendant 3 mois. Ce dernier a par ailleurs reconnu le tort causé à la jeune fille et lui a présenté ses excuses.

*Son prénom a été changé

Ajouter un commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires. Les commentaires de ce type seront supprimés.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.