Vous êtes ici

Rencontres et profils
Des Ivoriens lisent un journal dans les rues d'Abidjan  
Des Ivoriens lisent un journal dans les rues d'Abidjan

Côte d'Ivoire : les jeunes s'engagent dans le processus de révision de la Constitution

Facebook logoTwitter logoTransférer logo

- Par
LY Aimé

« Une nouvelle constitution élaborée sans nous les jeunes est une constitution contre nous ».
Tel est l’état d’esprit des jeunes ivoiriens. Ils ont leurs mots à dire et veulent prendre une part active dans l’élaboration de la nouvelle Constitution de leur pays. Pour ce faire, ils s’organisent autant qu’ils peuvent, pour faire part à la commission en charge de ce projet, leurs désidératas et leurs aspirations les plus profondes afin que la jeunesse ne soit pas mise à l’écart dans l’élaboration de leur nouvelle loi fondamentale. Dans cette édition, Awa Kéita, Moussa Koné et Youssouf Diabagaté, nous parlent du rôle que les jeunes comptent jouer dans l’avènement de la nouvelle Constitution ivoirienne.
Cette émission est présentée par LY Aimé de Radio Yopougon, une de nos radios partenaires en Côte d’Ivoire.
En voici quelques extraits :

LY Aimé : Moussa, quels sont pour les jeunes les enjeux de la mise en place de la nouvelle Constitution ?

Moussa Koné : Nous les jeunes nous saluons cette initiative qui est pour nous une opportunité pour éviter des crises à répétition. C’est important pour nous, parce que si nous avions connu des crises par le biais d’une Constitution et qu’on nous donne l’opportunité de réviser cette Constitution, je crois que c’est une bonne chose. Malheureusement, ce que nous déplorons c’est que pour l’instant la voix des jeunes n’est pas entendue comme il se doit. Mais l’important pour nous c’est de faire en sorte que nous ayons une Constitution inclusive.

LY Aimé : Awa, en quoi est-ce important pour les jeunes d’avoir une nouvelle constitution ?

Awa Kéita : on est tous d’accord que les jeunes ont été les premières victimes dans la crise qu’a connue la Côte d’Ivoire. Pour éviter que les jeunes ne redeviennent plus des acteurs de guerre, il nous faut cette nouvelle Constitution. Cette nouvelle Constitution nous appartient. C’est notre avenir.

LY Aimé : Quelles sont les dispositions à prendre pour que les jeunes ne soient pas oubliés dans l’élaboration de cette nouvelle constitution, Youssouf ?

Youssouf Diabagaté : il appartient à nous jeunes de nous organiser, de saisir cette aubaine que le président de la république nous donne en révisant cette Constitution là. Et une fois que tous les travaux seraient terminés et que nos aspirations prises en compte, ce serait à nous d’aller battre campagne pour l’adoption de cette Constitution, d’être chacun de nous directeur de campagne pour cette nouvelle Constitution. Il faudrait que dans la prochaine Assemblée nationale il y ait davantage de jeunes, qu’il ait des sénateurs jeunes, des maires jeunes. On a assez placé des chaises et des bâches, maintenant c’est notre heure de pouvoir aussi prendre des décisions…

Toutes les semaines, #RProfils donne la parole aux jeunes et aborde des sujets qui font bouger l’Afrique. N'hésitez pas à télécharger les éditions afin de les réécouter ou de les diffuser sur vos ondes.

Discutez des émissions avec nous sur Facebook et Twitter !

Et si vous voulez accéder aux anciennes émissions, c'est par ici.