Vous êtes ici

Gouvernance
 
Cette brigade va-t-elle massacrer la population ?

Monusco : « Une brigade qui va massacrer la population »

La résolution "révolution" 2098 de l’ONU ne finit pas de faire parler d'elle à Goma. Voici quelques réactions.

Le conseil de sécurité de l’ONU a annoncé jeudi 28 mars avoir adopté la résolution 2098, qui crée une brigade d’intervention rapide constituée de 3069 hommes pour combattre les groupes armés actifs dans l’Est de la RDC.

Cette brigade sera intégrée au sein de la Monusco, la mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo, mais avec un mandat robuste et offensif d’empêcher l’expansion des groupes armés, de les neutraliser et de les désarmer. Son objectif : la stabilisation de l’est du pays. Sa base sera donc la ville de Goma ; avec un mandat d’un an.

Victoire diplomatique de Kinshasa
Pour Paul M,  opérateur politique, "c’est une réussite diplomatique à saluer d’autant plus que cette brigade a un mandat offensif et non défensif comme ce fut le cas de la Monusco pendant près de dix ans déjà avec un bilan mitigé des réalisations. Notre gouvernement remporte la guerre à travers la voie militaire de ce point de vue."

"C’est une bonne nouvelle car la délégation de Kinshasa aux pourparlers en cours à Kampala aura une base arrière sur laquelle s’appuier, chose qui était impensable autrefois quand elle négociait pieds et mains liés après la débâcle de la chute de Goma en Novembre 2012", atteste Jules R., analyste indépendant.

Un déploiement inadmissible
"Je déplore cette manière d’agir des Nations unies qui confirme la mise à mal de la souveraineté de notre pays, confie  Jeanne F.,  activiste féministe. Est-ce que notre présidence est entre les mains du conseil de sécurité désormais ? Sans nous consulter, ils déclarent l’état de guerre dans notre pays."

"Les milices armées qui pullulent chez nous ont été créées pour se protéger contre l’agression étrangère après le constat de l’inexistence d’une armée dissuasive et forte, poursuit-elle. Les populations ont donc décidé de se prendre en charge en s’organisant en groupes d’autodéfenses. C’est inadmissible que le gouvernement consente le déploiement d’une brigade qui va massacrer sa population alors que de temps à autre il recourt à ses compétences pour mâter les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), notamment. Le mieux c’est de dialoguer pour la restauration de l’autorité de l’Etat."

De la poudre aux yeux
Eugene Baraka, un notable de Goma, pense aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) : "Quel est le prix à payer à ces hommes qui viendront mourir pour sauver notre peau ? C’est de la poudre aux yeux tout ça. Les Nations unies veulent se racheter après l’échec encaissé de leurs opérations pendant près de dix ans en RDC. Dans aucun pays du monde, les forces onusiennes ont ramené la paix. Désormais, que deviennent nos vaillants FARDC, paupérisées, clochardisées et infiltrées ? La panacée c’est la réforme de l’armée."

Ajouter un commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires. Les commentaires de ce type seront supprimés.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.