Vous êtes ici

Gouvernance
 
Le lac Kivu, côté Rwanda

La RDC et le Rwanda unis, est-ce possible ?

Une Afrique centrale unie, forte et prospère au-delà des frontières. C'est ce que souhaite Safi Ditalala, blogueuse de Goma, après les incidents qui ont eu lieu en juin à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda.

Doit-on placer un soldat à chaque kilomètre le long des lignes droites dans la brousse, ériger des murs mitoyens entre pays, mettre des fils électriques pour séparer les eaux communes ?

Faire le geignard tous les ans ne nous dédouane pas
Cinq militaires congolais rapportés mort en RDC par le Rwanda après l’incident survenu à la frontière entre le Rwanda et le Congo, mi-juin dernier. Et comme si cela ne suffisait pas, neuf pêcheurs congolais kidnappés sur la lac Kivu puis relâchés moyennant une caution de 2 500 dollars, trois moteurs de pirogues et 45 filets à mailles saisis par la marine rwandaise dans la nuit du 19 au 20 juin 2014. De plus en plus de cas de violation territoriale congolaise se manifestent de la part du Rwanda.

Autant il est immoral de cautionner des pertes en vies humaines, autant il est insensé de laisser perdurer la situation. Faire le geignard tous les ans ne nous dédouane pas de notre faiblesse dans la création d'une coopération entre pays gagnant-gagnant.

Rares sont les pays qui changent d’adresse
Je vois deux chemins à prendre pour que le soleil tant attendu se lève au-dessus du Congo. En premier lieu, un travail sur la clarification crédible de ses limites dans sa partie est en éditant une loi organique avec documents authentiques à l’appui.

Il ne s’agit pas ici de réviser les frontières héritées de la colonisation, mais de porter à la connaissance du public quelle ville, quel village ou quelle cité lui appartient. Les moyens ne manquent pas à la République. Juste la volonté.

Le Congolais n’aime pas l’histoire
En second lieu, le grand Congo s’ouvrira à la coopération régionale en approchant les pays voisins pour parler bien-être, libre circulation des biens et des personnes, monnaie et banque unique, ainsi qu'un Parlement unique. Bien sûr, la première possibilité reste fondamentale mais l’une ne va pas sans l’autre.

Le Congolais n’aime pas l’histoire ; pas parce qu’il apprend au passé mais parce qu’il le vit au présent. Désormais, il imagine des rêves fous en vue de se libérer de son histoire douloureuse. Je rêve d’une Afrique centrale unie, forte et prospère. Un rêve fou mais pas impossible.

Ajouter un commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires. Les commentaires de ce type seront supprimés.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.