Vous êtes ici

Économie
Centre médical de Goma  
Centre médical de Goma

En RDC, des patients séquestrés par manque d'argent

- Par: 
Taylor T. Kakala

En RDC, des femmes ayant accouché et des patients guéris ne bénéficiant pas de couverture médicale sont pratiquement pris en otage dans des centres hospitaliers. Et cet état du système de santé congolais pousse certains d'entre eux à se soigner au Rwanda.

Faute de ressources pour la plupart des patients et devant la quasi-absence d’une assurance-maladie pour la majorité, beaucoup de Congolais n’hésitent pas à aller bénéficier illégalement des mutuelles de santé du Rwanda voisin, en particulier les habitants du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, dans l’est de la RDC.

Des séquestrations
Esther Mujinga a accouché par césarienne à l’hôpital général de référence de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, en septembre 2012. Mais n’ayant pas d’argent pour payer ses factures de 80 dollars, cette dame de 28 ans a été "séquestrée" dans cet hôpital public durant deux mois. Pendant ce temps, son mari était employé gratuitement comme main-d’œuvre dans des travaux d’intérêt public pour solder la dette de sa femme.

"Notre structure est confrontée à d’énormes difficultés pour son fonctionnement par manque de moyens de sa politique", déclare à IPS, Fikiri Nzanzu, administrateur gestionnaire de cet hôpital de Goma, qui récuse le terme de "séquestration".

Nzanzu souligne que son souci premier est de faire fonctionner l’hôpital. Le fait de maintenir ici les bébés entre dans la logique d’amener la famille à s’acquitter de ses factures. "La séquestration des nouveau-nés et de leurs mamans traduit l’ampleur des maux qui rongent le pays de l’est à l’ouest, et du nord au sud", explique Kelvin Kabunga, avocat à Goma.

La diaspora au secours des malades à Kinshasa
En RDC, seule la Société nationale d’assurance (SONAS) détient le monopole d’assurance-maladie. Elle propose diverses rubriques : désir de transfert d’un hôpital à un autre, mode de consultation médicale, examens médicaux, maladies signalées… Mais ses prestations ne sont pas accessibles aux moins nantis. "La SONAS fixe le prix à payer à partir des rubriques choisies", explique à IPS, Anne-Marie Mudekereza, conseillère juridique à la SONAS.

Pour pallier la quasi-absence de l’assurance-maladie en RDC, la diaspora congolaise de Belgique a initié quelques mutuelles de santé à Kinshasa, la capitale. Pour une cotisation mensuelle de 30 euros, Solidarité Belgique-Congo, la branche en RDC de l’Union nationale des mutualités socialistes (UNMS en Belgique), permet à un résident congolais de payer les soins médicaux (consultations, médicaments et hospitalisations) pour sept personnes de son choix dans des hôpitaux de Kinshasa avec lesquels l’UNMS a un accord.

Une question de chance
D’autres, notamment des mères avec leurs nouveau-nés, ont souvent leur chance dans un geste humanitaire : un appel lancé à la radio pour qu’un homme de bonne volonté paie les factures, ou encore dans le passage d’un candidat aux élections législatives – par exemple en 2006 et 2011 – pour poser un acte de propagande devant tous les médias de la place.

"Mon épouse, séquestrée pendant deux semaines, avait été libérée du centre de santé Foyer social lors du passage d’un candidat aux législatives de 2011", se souvient Bwana Mussa, un habitant de Goma.

Les séquestrations des accouchées et des patients guéris, pratiquées dans quasiment tous les centres de santé de la RDC pour insolvabilité, ainsi que les travaux gratuits pour les membres de leurs familles, poussent de nombreux Congolais du Nord-Kivu et du Sud-Kivu à regarder vers le Rwanda.

Vers le Rwanda
Ils sont des milliers qui sont attirés par les mutuelles de santé de ce pays frontalier à l’est, qui dispose d’un système d’assurance-maladie depuis 1999. Les Congolais utilisent l’adresse de leurs frères résidant au Rwanda pour s’affilier illégalement à ses mutuelles de santé.

Pourtant à la fin 2011, les structures médicales du Rwanda ont perdu d’énormes sommes d’argent non remboursées par les mutuelles de santé. Le gouvernement rwandais avait alors décidé de revoir à la hausse les cotisations annuelles, passées de deux à trois, cinq ou dix dollars (suivant les catégories sociales et leurs revenus) dans les mutuelles réservées désormais aux seuls Rwandais.

"Depuis fin 2011, tout Rwandais assuré à une mutuelle de santé au Rwanda paie le ticket modérateur, soit 10 pour cent du coût total des soins", déclare à IPS, Brigitte Umulisa, chargée de la santé du district de Rubavu, dans l’ouest du pays.

Malgré cette restriction, des Congolais des deux Kivu tentent toujours illégalement d’y accéder.

Commentaires

Duduche

Le cynisme des hommes politiques venant uniquement pour l'acte de propagande est assez inqualifiable... j'espère que les gens ne restent pas dupes et comprennent qu'ils agissent uniquement pour leurs intérêts.
Dans tous les cas, le manque de moyens est plus que criant quand on lit cet article, on en vient à arriver dans des situations ou on marche sur la tête...
Je comprends les Congolais qui essayent de s'affilier aux mutuelles santé du Rwanda, ils luttent pour leur survie.
En France, il y a un système de mutuelles communales qui semble de plus en plus plébiscité. Après, j'attends de voir si ce système est viable sur le long terme, mais le concept est assez séduisant. Une ville dans le Puy de Dôme a notamment mis en place une mutuelle communale : http://www.avenirmutuelle.com/news-mutuelles-communales En revanche, je ne me rends pas du tout compte de si une mutuelle communale/municipale serait possible dans certains pays Africains...

Ajouter un commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires. Les commentaires de ce type seront supprimés.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.