Vous êtes ici

Un militant congolais trouve refuge aux Pays-Bas

Sylvestre Bwira, militant des droits de l'homme et président de la société civile du Masisi (Nord-Kivu, dans l’est du Congo -Kinshasa), est arrivé ce mercredi 17 novembre à l’aéroport d’Amsterdam Schiphol. Radio Nederland a été contacté par son advocat et une journaliste qui ont accueilli Birwa à son arrivée aux Pays-Bas.

Vincent Kanza (Hilversum)

Selon ces sources, le militant congolais avait été enlevé le 24 août dernier. Porté disparu pendant une semaine, il a été torturé par ses ravisseurs, qui lui ont injecté une substance inconnue avant de le relâcher. Selon les analyses médicales effectuées par la suite, cette substance se serait avérée être de l’héroïne.

Il a ensuite été soigné, tout d’abord à Goma (chef-lieu de la province du Nord-Kivu), puis à Kinshasa, la capitale, d’où il a pu grâce à des complicités prendre un vol pour les Pays-Bas.

Auparavant, Sylvestre Bwira avait fait l’objet de menaces à la suite d’un rapport qu’il avait publié sur les violations des droits de l'homme dans le Masisi. Dans cet article, le militant congolais accusait les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de ces violations. Depuis la publication de ce rapport, il vivait dans la clandestinité.

Le Masisi est une région aux nombreuses ressources minières, convoitée par de nombreux pays, mais aussi par les multinationales, les rebelles des FDLR (Forces démocratiques pour le libération du Rwanda) et les soldats des FARDC. Ce sont les civils qui paient le prix de cette convoitise. On fait état notamment de viols de femmes et de nombreuses attaques sur des villages de la région.

Ancien séminariste dont la famille a été massacrée devant ses yeux durant la seconde guerre en RDC (1998-2003), Sylvestre Bwira est le fondateur de différentes ONG. Il a mis sur pied un réseau de groupes d’autodéfense dans les villages.

Selon nos sources, Sylvestre Bwira ne compte pas pour l’instant demander l’asile politique aux Pays-Bas. Il souhaite avant tout bénéficier de soins médicaux, avant d’envisager un éventuel retour au Congo-Kinshasa, affirment ses proches. Ces derniers déclarent que Sylvestre Bwira pourra s’exprimer dans les médias au cours des prochains jours.