Vous êtes ici

Repassage des seins : un autre tabou africain

Au Cameroun, les parents utilisent plusieurs méthodes pour retarder la sexualité des adolescentes. Ils écrasent par exemple les seins naissants des jeunes filles : la méthode est appelée le repassage des seins.

Anne Mireille Nzouankeu, Yaoundé

Gisèle Nga a connu le repassage des seins. Dès l’âge de 10 ans, sa mère lui massait la poitrine avec une pierre chauffante. "Tous les soirs, ma mère mettait la pierre à bouillir. Ensuite, elle l’utilisait pour presser mes seins. La pierre était tellement chaude qu’elle-même la tenait à l’aide d’une étoffe épaisse pour ne pas se brûler", se souvient-elle.

Retarder le début de la sexualité
Les cas comme celui de Gisèle sont nombreux. Selon une enquête effectuée par l'ONG allemande GIZ à la demande du Réseau national des associations de tantines (Renata), en moyenne 24% des adolescentes camerounaises subissent le repassage des seins. C’est une pratique qui dure depuis de longues années mais dont on ne parle que rarement, car le sujet est tabou, à l’exemple de tout ce qui touche à la sexualité.

Le repassage des seins a pour but de freiner la poussée mammaire afin que l’adolescente paraisse très jeune. Les parents pensent que les seins sont à l’origine de plusieurs déviances. "Dès qu’une jeune fille a des seins, elle attire la convoitise des hommes et si elle tombe enceinte elle ne pourra plus poursuivre ses études", pense Madeleine Nga, la mère de Gisèle, qui justifie son geste.

Il est vrai qu’on n’admet pas les filles enceintes dans les lycées camerounais et les jeunes filles enceintes doivent alors interrompre leurs études.

Troubles de la santé
Selon le docteur Nzhié, médecin à l’hôpital central de Yaoundé, le repassage des seins peut avoir des conséquences psychologiques chez les victimes, qui peuvent par la suite développer des complexes, des troubles de la personnalité et des frustrations vis-à-vis du sexe.

Au plan physique, on note des brûlures avec parfois des cicatrices indélébiles. "Masser les seins des jeunes filles peut également être à l’origine du développement des abcès, des kystes, des infections du sein et même de certaines formes de cancer", argumente-t-il. Dans certains cas, on constate aussi la disparition totale du sein ou encore des cas de dissymétrie c’est-à-dire qu’un sein est plus gros que l’autre.

Santé de la reproduction
Pourtant, le repassage des seins ne retarde pas toujours le premier rapport sexuel. "Nous avons dans notre association beaucoup de filles qui ont contracté des grossesses précoces malgré l’absence de seins", explique Sarah Ako, la chargée de la communication d’une association de filles-mères.

En fait, le repassage des seins est la conséquence de manquements dans la formation à la santé de la reproduction des jeunes filles. De plus en plus, on conseille aux parents d’éduquer leurs enfants aux méthodes contraceptives au lieu de repasser leurs seins avec toutes les conséquences psychologiques et physiques qui en découlent.
 

Premier volet d'un diptyque sur le repassage des seins dans certaines régions d'Afrique. Publication du second volet, sur la RD Congo : mardi 23 août 2011.