Vous êtes ici

La RDC se prépare à des élections mouvementées

Les sociétés néerlandaises sont en train de rappeler leur personnel en poste à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Les employés de Kaak Netherlands (machines de boulangerie) vont quitter le pays avant le 28 novembre, la date prévue des élections. De son côté, la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) distribue actuellement des casques et des gilets pare-balles à ses employés civils. Un scénario à l’ivoirienne, où les deux candidats ont contesté le résultat de la présidentielle, n’est pas exclu.

Anneke Verbraeken, Kinshasa

On craint que l’opposant historique Etienne Tshisekedi, le candidat de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à la présidentielle, n’incite à la violence. A l’inverse de la plupart des autres candidats...
[media:images]

... il n’a pas signé le ''Code de bonne conduite''. Etienne Tshisekedi, 78 ans, jouit du soutien d’un grand nombre de jeunes en colère, membres de la Ligue des jeunes de l’UDPS. Le 30 octobre dernier, des cocktails Molotov, lancés lors du coup d’envoi de la campagne électorale de l’UDPS, ont fait plus d’une dizaine de blessés parmi les sympathisants. Ils accusent la police de les avoir attaqués. L’UDPS affirme ne pas craindre des combats étant donné que l’autre partie (c’est-à-dire Joseph Kabila) utilise sa propre police pour influencer les élections. C’est pour Etienne Tshisekedi la dernière occasion d’être élu président.

Entre-temps, de nombreuses fraudes ont été rapportées. Selon l’Aprodec, une organisation belgo-congolaise des droits de l’homme, 2 millions d’électeurs n’existent pas. De plus, il n’est pas certain que les élections aient lieu le 28 novembre. Les 64 millions de bulletins de vote pour les 18.500 candidats aux législatives n’ont toujours pas été imprimés ; six imprimeries en Afrique du Sud vont produire ces bulletins.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’est rendu à Johannesburg pour superviser le processus d’impression. On dit qu’il dort à côté des imprimantes. La Monusco a promis d’utiliser sa flotte entière de 80 avions et hélicoptères pour transporter les bulletins de vote et les urnes vers les 63.000 bureaux de vote. Mais il s’agit d’une opération logistique importante, dans un pays mal organisé et sans routes.

[related-articles]

Vendredi dernier le porte-parole de la CENi déclarait : ''Les élections le 28 novembre ? Elles sont dans les mains de Dieu.''