Vous êtes ici

La culture, un formidable exutoire

Chansons, proverbes, contes, pièces de théâtres, poèmes, … sont des moyens utilisés pour extérioriser le passé douloureux et révéler des vérités. Seulement, il faut savoir décoder leur contenu.

Par Rénovat Ndabashinze, pour notre top partenaire Iwacu, publié le 29 novembre 2012

"Quand les gens chantent, livrent des contes… ils extériorisent leur vécu. C’est une façon de dire la vérité sans blesser personne. Et cela permet de connaître la vérité sur le passé. Si c’est bien organisé, tout ce qui est culturel joue un rôle important dans la réconciliation." C’est l’avis de David Niyonzima, expert au sein du Trauma Healing and Reconciliation Services (THARS).

D’après son expérience, la plupart des victimes et des bourreaux ont un point commun : "Celui de se réconcilier et de guérir leurs blessures." Selon lui, cette situation semble incompréhensible mais il faut savoir que les deux ont besoin d’une assistance. "Quand les personnes parviennent à exprimer leur passé douloureux via les chansons, c’est déjà important. Cela montre qu’ils le maîtrisent, le comprennent, l’intériorisent et sont au stade de la guérison", fait-il remarquer.

Pour M.Niyonzima "quand une personne est encore sous le choc, elle est incapable de parler du mal vécu. Mais si elle parvient à l’exprimer, elle est presque guérie." C’est, précise-t-il, une thérapie à double cure.
"Un chanteur qui extériorise des situations douloureuses se trouve au-dessus d’elles. Et le fait que les spectateurs, pendant un concert par exemple, aiment ses chansons, le fortifie et le rend utile. En faisant rire les gens...(...)"

Lire la suite sur
Iwacu...